Blabla, Lifestyle

QUAND JE SERAI GRANDE JE SERAI DANSEUSE, CHANTEUSE OU MANNEQUIN

1 Commentaire

 

QUAND JE SERAI GRANDE JE SERAI DANSEUSE, CHANTEUSE OU MANNEQUIN

 

Cette phrase je l’ai dite à ma maman quand j’avais 8 ans. Certains ados et adultes ne savent jamais vraiment ce qu’ils veulent faire pour ma part c’était tout l’inverse je l’ai su très tôt et j’étais déterminée.

Aujourd’hui je voulais parler de mon métier, de ma passion qui est la danse, de mon chemin parcouru pour en arriver là. Si je peux motiver à foncer pour suivre votre voie ou aider vos enfants à se réaliser j’en serai plus qu’heureuse.

Tout à commencé quand j’avais 3 ans. J’étais une enfant hyper active, je ne savais pas marcher je courrais. Ma mère à penser à me faire faire une activité afin de me défouler. Le cours de gymnastique de mon quartier était complet, j’ai atterrie à la danse. Mes premiers cours d’éveil furent catastrophiques. Je ne voulais pas qu’elle parte et j’ai clairement détesté. Ma maman a assisté pendant un mois au cours (je pense que son côté « dans la vie on ne baisse pas les bras à la première difficulté» l’a poussé à rester et voir ce que ça allait donner.

Puis la magie a opéré..

À 8 ans je faisais 5h de danse par semaine. C’est à ce moment que j’ai prononcé la fameuse phrase. Ma maman m’a alors inscrite prendre des cours de chant dans une chorale. On va dire que je n’excellais pas en la matière donc j’ai poursuivi pendant 2 ans puis j’ai arrêté car la danse prenait de plus en plus de place dans ma vie. Et puis c’est avec la danse que je m’épanouissais le plus. Je faisais du rock, du jazz et du classique. En parallèle de mes nombreuses heures de danse (pour moi ma vie c’était la danse et en parallèle j’allais à l’école LOL) j’étais très très forte à l’école. J’étais soit 1ère de la classe soit 2ème à peu près toute ma scolarité. J’étais une tête d’ampoule, je n’ai jamais détesté l’école, je n’avais pas de plaisir mais c’était facile pour moi. Et dans la cours de récréation, j’organisais des répétitions de danse avec les copines pour le spectacle de fin d’année de l’école! haha Je dansais tout le temps quoi! Si je vous parle de mes résultats scolaires c’est pour vous expliquer combien c’est d’autant plus dur pour des parents d’accepter que son enfant se tourne vers un métier artistique!

Pour ma rentrée en troisième j’ai voulu intégrer une classe danse étude. J’ai changé de collège (qui était le premier de Lyon) pour pouvoir avoir des horaires aménagées. Ce n’était pas une réelle « danse étude » car mes camarades avaient un cursus « normal », je loupais juste le dernier cours pour aller à la danse. Je remercie mon amie Sabrina qui me prenait mes cours et qui me faisait même souvent les photocopies pour que je rattrape le lendemain. A ce moment là, je faisais environ 15h de danse jusqu’à la terminale (jazz, classique, claquettes). Mes professeurs de danse était très durs avec moi, ils ne m’encourageaient pas spécialement dans cette voie en disant dans mes bulletins « trop technique, pas assez d’artistique blabla ». J’étais en cours avec des filles qui avaient 5 voir 10 ans de plus. Donc ceci expliquait peut être cela..

Je ne me suis jamais découragée et je suis toujours restée focus sur mon objectif: en faire mon métier.

 

 

A 18 ans j’obtenais un baccalauréat ES mention bien avec toujours mes 15h de danse/semaine. Mes professeurs au lycée voulaient me voir en école de commerce, ou faculté de medecine.. Moi je voulais danser les gars!

Mes parents n’étaient pas contre mais ils voulaient que je passe un diplôme dans la danse. C’est pourquoi pendant 3 ans après le bac je suis partie à Vichy pour passer mon diplôme de professeur de danse jazz. Je n’ai jamais redoublé et j’ai eu le diplôme au bout de 3 ans comme il était convenu.

Je vous raconte tout ça en accéléré bien entendu pour éviter que l’article ne fasse 2000 mots!

Depuis 2012, j’ai eu la chance de danser sur un bateau de croisière et de faire un mini tour du monde, de travailler en compagnies contemporaines pour des créations, de faire des représentations de cabaret, beaucoup d’évènementiels avec des sorties de produits par exemple, danser dans un spectacle hommage à Jackson, danser dans des spectacles enfants et des défilés dansés pour des marques de lingerie ou de ski. Avec mon diplôme d’état j’enseigne régulièrement et j’ai également fais des remplacements au conservatoire de Lyon. J’ai fais des éditos, photos de site en ligne et défilés pour de la lingerie et prêt à porter: mon deuxième rêve c’est également concrétisé.

Je me voyais danser à Vegas plus jeune. Alors on peut dire que je n’ai pas atteint mon objectif.. Mais si je regarde autour de moi.. combien de filles ont abandonné aux premiers castings, combien se sont blessées, combien ont arrêté par dégout.. La réponse est beaucoup!

Cet article a pour but de vous motiver à poursuivre votre voie. Si vous n’arrivez pas au sommet du sommet contentez-vous de voir le chemin parcouru et ce que la vie vous a offert.. Aujourd’hui j’ai un métier qui me plait et ça na pas de prix.. J’ai fais des sacrifices également car on a rien sans rien dans la vie. Quand certains allaient au ciné les weekends ou se retrouvaient après les cours pour trainer ensemble moi j’étais à la danse.. J’ai passé mon adolescence à la danse et je suis peut être passé à côté d’expériences d’ados! Les sacrifices ont été aussi pour mes parents qui ont payé ces cours.. La danse est un art de bourgeois car très cher..

Si un jour j’ai des enfants j’essayerai de reproduire ce que mes parents ont fait.. Il ne faut pas pousser bêtement votre enfant dans une voie (s’il chante faux vous allez bien vous en rendre compte) mais par contre c’est lui donner toutes les clés et les possibilités pour qu’il essaye.. Les parents jouent un rôle dans la réalisation de l’enfant par le côté financier, organisation (trajet école/activité etc) et psychologique afin de parler et de soutenir!

Le plus important c’est d’essayer.. mais quand on essaye on le fait à fond ou pas..

QUAND JE SERAI GRANDE JE SERAI DANSEUSE, CHANTEUSE OU MANNEQUIN.

Je suis danseuse, j’ai été mannequin. Pour le chant, je me suis fais une raison!

 

1 Commentaire

  1. Paul Hugo

    16 mai 2019 at 23 h 40 min

    Hello Alexandra, ça fait bien longtemps qu’on ne s est pas vu, depuis st André à vrai dire… et je te suis sans forcément commenter tout ce que tu publies mais cette fois ci je tenais à le noter, cet article m a inspiré et m’a rappelé avec nostalgie l excellente élève que tu étais ! Bise

Ecrire un commentaire